Ce qu’un salarié coûte à une entreprise en Belgique

Si vous souhaitez implanter ou lancer votre entreprise en Belgique et entendez recruter sur place, sachez que vous y êtes soumis à certaines obligations, en plus de la rémunération brute de vos employés. On en cite les cotisations patronales de base, les cotisations spéciales, les vacances annuelles et les modalités communes.

Le coût d’un employé sur le territoire belge

Notez que ce coût salarial se chiffre suivant que l’entreprise a embauché un ouvrier ou employé, selon la commission paritaire dont dépend la société et en fonction des cotisations patronales de base. Son montant dépend aussi des cotisations spéciales dont doit s’acquitter l’entreprise selon sa taille et son activité. Ce dont vous pouvez être sûr est que depuis début avril 2016, les cotisations patronales de base se tarifient à 30 % du salaire brut. Y sont inclus les 7, 35 % calculés pour la modération salariale. Pour les ouvriers, celles-ci sont calculées à la base du salaire brut monté à 108 %.

Outre ces cotisations de base, des cotisations spéciales sont également incluses dans ces charges patronales. Leur montant dépend aussi de la taille et du secteur dans lequel excelle l’entreprise. Quoi qu’il en soit, celle-ci peut être obligée de cotiser aux cotisations de base au FFE ou Fonds de Fermeture d’Entreprise et à celle spéciale à ce même fond. Elle peut faire de même pour la cotisation en faveur des groupes à risque ou celle au Fonds de sécurité d’existence selon le secteur d’activité de l’entreprise. Cette dernière peut aussi devoir participer au financement du régime de chômage temporaire et du complément d’ancienneté pour les sans-travail âgés.

D’autres coûts relatifs à l’embauche d’un salarié

L’entreprise employeur peut aussi être tenue de participer aux vacances annuelles de ses salariés. Elle peut s’y prendre de deux manières, via le simple pécule ou le double pécule. Le premier, appelé également rémunération ordinaire est payé directement suivant la prise des congés. Le second se paie en outre une fois par an et est égal aux 92 % du salaire mensuel du salarié. Les travailleurs manuels se voient en outre attribuer une allocation vacances dont le montant est égal aux 10, 27 % de leur rémunération brute annuelle de l’année précédente majorée à 108 %.

Les charges communes

Cependant, que l’entreprise embauche ou non des ouvriers, il est tenu de payer d’autres charges supplémentaires obligatoires. Normalement, il revient au comptable de l’entreprise de connaître leurs tenants et aboutissants si le dirigeant ne connaît pas grand-chose dessus. Pour s’en assurer, les connaissances d’un expert-comptable Saint-Gilles sont de ce fait les bienvenues afin d’être en règle vis-à-vis de la législation en vigueur. En gros, celles-ci comprennent l’assurance loi, couvrant les accidents de travail survenant sur le lieu ou sur le chemin vers l’entreprise. Elles incluent aussi l’affiliation à un service de protection et prévention dont la médecine de travail et la gestion des risques. Il en est de même pour l’abonnement social, la fourniture et l’entretien des tenues de travail et les éventuels frais d’un secrétariat social…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *