Investissement immobilier de commerce : retour sur 2016 et regard sur 2017

Investir dans l’immobilier de commerce c’est placer son argent dans les espaces dédiés aux activités commerciales. On peut notamment distinguer parmi ces espaces : les centres commerciaux, les magasins, et les supermarchés. Les investissements dans le domaine ont subi un certain ralentissement ces dernières années. L’année 2016 a cependant marqué un véritable tournant dans l’histoire de l’immobilier de commerce. Il serait intéressant de faire un rapide retour sur la situation de cette année-là. 2017 s’annonce également pleine de surprises pour ce secteur.

Une année 2016 fructueuse pour l’immobilier de commerce

Dans tout investissement immobilier, le financement représente un des piliers dont dépend la réussite du projet. En effet, trouver une ressource solide et suffisante pour la réalisation de l’investissement est primordial. Plusieurs solutions sont à la disposition de l’investisseur. Parmi les plus couramment utilisées, on a le prêt immobilier, ce type de crédit est octroyé par les banques et autres institutions de crédit pour concrétiser l’acquisition, la construction ou encore la rénovation d’un bien immobilier. Si le porteur de projet souhaite bénéficier d’un prêt rapidement et au meilleur taux, il a tout intérêt à opter pour un rachat de crédit immobilier.
Le secteur de l’immobilier de commerce a enregistré un regain de dynamisme durant l’année 2016. Il faut en effet savoir que pendant les précédentes années, le développement de cette branche a été fortement influencé par la restriction des surfaces autorisées en CDAC ou Commission Départementale Commerciale. Les autorisations délivrées par cette dernière ont augmenté en volume (environ 22 %) dans le courant de l’année 2016. Quelques secteurs se sont vus plus privilégiés que d’autres. On peut notamment citer le domaine du bricolage (+53 %) et de l’alimentaire (+18 %).

Quelques chiffres pour le secteur immobilier de commerce en 2016

Dans le domaine de l’investissement immobilier de commerce, on peut remarquer que les surfaces autorisées sont destinées à trois sortes de projets. En premier lieu, on a les espaces autorisés qui seront affectés à la construction de lieux de commerce. Ce type de projet a notamment enregistré le plus gros volume d’autorisation en CDAC pour l’année 2016. En effet, les créations prennent au total 72 % des surfaces autorisées.
En second lieu, on a les projets d’extensions et les demandes de transferts, qui occupent 28 % des autorisations. Par ailleurs, la nature des demandes faites par les investisseurs a également évolué positivement. En 2016, ces demandes ont bondi de 77 % pour les surfaces au sein des ensembles commerciaux, et 70 % pour des retail-parks.

Perspectives pour l’année 2017

2017 promet une poursuite de ce développement notable, observé au cours de l’année 2016. Il est à noter que les projets de lotissements commerciaux, de ZAC, de retail-parks mais aussi de parc d’activités commerciales ont augmenté et se projette sur les deux années à venir. Des idées de construction de centres commerciaux en centre-ville sont également en gestation et sont bien parties pour se concrétiser en 2017.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *