Le syndic : ne signez pas sans le connaître !

Lors de l’achat d’un bien immobilier, de multiples critères entrent en ligne de compte. L’acheteur potentiel s’intéresse à la vétusté de l’immeuble, aux transports en commun situés à proximité, à la présence de places de parking et à d’autres détails plus ou moins importants. Mais, quand est-il du syndic de copropriété ? Rares sont les investisseurs à y penser et pourtant, cela revêt une importance considérable.

Le syndic va gérer votre immeuble

La loi oblige une copropriété à nommer un syndic. Ce dernier peut être un syndic professionnel ou bénévole, mais son champ d’action reste le même. Il s’occupe de l’entretien de l’immeuble et le facture par la suite aux copropriétaires, convoque aux assemblées générales, remplit des documents transmis à l’administration… Ses compétences sont nombreuses et un bon choix de syndic a des conséquences positives.
Un mauvais syndic peut faire l’objet d’un changement, mais s’il est aujourd’hui en place, c’est peut-être parce qu’il a tissé des liens avec les autres copropriétés malgré un professionnalisme limité.

Les renseignements à demander au syndic

Avant la signature de l’acte de vente, renseignez-vous donc auprès du syndic. Le gestionnaire de copropriété peut alors vous répondre poliment et avec professionnalisme, ou alors être bref et distant. Dans ce dernier cas, ce n’est pas un signal de confiance.
Parmi les choses à demander, posez-lui la question des coûts des charges. La loi oblige dorénavant un vendeur d’un bien immobilier à communiquer ces informations à l’acheteur potentiel, mais une vérification auprès du syndic ne coûte rien.
Discutez également de la planification ou non de travaux dans la copropriété pour les prochaines années. En effet, si des travaux importants et coûteux ont déjà été planifiés lors d’une assemblée générale, le nouvel arrivant n’a pas le choix. Il ne peut refuser les travaux et encore moins ne pas participer au paiement du coût. Si vous avez déjà un crédit à rembourser, la double épée de Damoclès peut être de trop pour vous.
Autre élément à ne pas négliger : les plans d’urbanisme de la ville. Si le précédent propriétaire vend, il y a des raisons. Essayez de les déterminer. Dans un premier temps, cela vous donne un avantage dans la négociation du prix de vente. S’il a un besoin urgent de se séparer d’un bien pour en acheter un autre, il acceptera plus facilement une négociation à la baisse. Et dans un deuxième temps, vous saurez si son départ est lié à un élément qui vous gênera également. Les agglomérations votent régulièrement de nouveaux travaux. Avant d’acheter, découvrez la création d’une route ou d’un immeuble n’est pas prévue juste en face du bien ciblé. Cela ferait chuter son prix et votre confort au quotidien.
Le syndic peut vous renseigner sur ce point, mais complétement également avec un appel auprès de la Mairie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *