Tout ce qu’il faut savoir avant de renégocier son crédit immobilier

Avec le rachat de crédit, la renégociation d’un crédit immobilier est l’une des façons d’alléger les mensualités de remboursement d’un prêt. Renégocier son crédit nécessite toutefois de considérer quelques critères importants, d’autant qu’il faut choisir la bonne conjoncture pour que l’opération profite réellement.

Quelles conditions sont requises avant la renégociation de crédit ?

La renégociation de crédit peut être demandée par tous les emprunteurs qui veulent alléger les conditions de remboursement de leur prêt. En effet, le but de l’opération est d’obtenir une baisse du taux d’emprunt pour alléger les mensualités et/ou réduire la durée de remboursement.
Renégocier son prêt ne se fait pas à la légère. En effet, il y a des conditions propices à ce genre d’opération. Elles sont, notamment, en lien avec les conditions du prêt contracté ainsi qu’à l’environnement du marché du crédit en général. Tout d’abord, la première condition à considérer concerne la date de début du contrat. Si celui-ci est assez récent, dans ce cas-là, renégocier est opportun. La raison en est que la plupart des prêts immobiliers sont amortissables. Ainsi, l’emprunteur va rembourser en priorité les intérêts du prêt durant les premières années pour ensuite poursuivre sur le capital. De cette manière, renégocier la baisse du taux d’emprunt permet de baisser également le crédit. En règle générale, la renégociation de prêt est profitable si le montant restant du capital dépasse les 100.000 euros et si le nouveau taux renégocié est inférieur d’au moins 1 % à celui du taux initial. Pour mener à bien une renégociation de prêt, l’aide d’un courtier en crédit immobilier comme sur ce site est donc largement conseillée. Renégocier son prêt est particulièrement propice pour cette fin d’année étant donné que les banques doivent atteindre leurs objectifs quantitatifs en terme de crédits souscrits.

Comment mener la renégociation ?

La banque n’est pas obligée de répondre favorablement à une demande de renégociation de prêt. Ainsi, il est important de savoir mener une telle démarche. Tout d’abord, il faut faire le calcul des frais engendrés par l’opération si la banque accepte de renégocier. Il peut s’agir des frais de dossier, de garanties, les indemnités de remboursement anticipé ou IRA. Toutefois, la banque peut occulter la plupart de ces frais si l’emprunteur s’engage à poursuivre une collaboration à long terme. Par contre, en cas de rachat de prêt, les frais engendrés seront plus importants avec un montant d’IRA qui va représenter jusqu’à 3 % du montant du capital restant. Le rachat de crédit reste, toutefois, une option si la banque refuse de renégocier. Pour la faire changer d’avis, l’emprunteur peut lui présenter les offres des banques concurrentes.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *